TASTE

TASTE EVENT

TASTE TOURS

TASTE MEDIA




Entretien et rapport écrits par Margot Delafoulhouze et Caroline Clerc, Mars 2011

I. Présentation de l'association

Association de moins de 1 an (créée en mai 2010 mais réellement active depuis septembre) qui vise la promotion d'une meilleure qualité de vie et la préservation de l'environnement au travers d'une meilleure alimentation, et donc d'une restructuration du secteur de l'industrie agro-alimentaire de manière à préserver une meilleure qualité de vie pour le plus grand nombre. L'idée centrale étant de sauver la planète en consommant de bons produits (pour la santé, la terre et aussi au niveau du goût car l'idée de plaisir est nécessaire).

Pourquoi cette association ?

Rencontre avec le président Geoffrey Finch, fondateur de Taste

C'était très intéressant de rencontrer le président fondateur de l'association car il nous a expliqué les motivations derrières la création de son association et son envie de s'investir pour une meilleure alimentation et la protection de l'environnement. M. Finch est professeur d'anglais à Sciences Po en complément de son activité de traducteur. S'il habite aujourd'hui à Paris, il est originaire du Canada, plus précisément de la province de Victoria.

Or, dans sa jeunesse, Victoria était un endroit à l'environnement sain et où les gens faisaient attention à avoir une alimentation saine et respectueuse de l'environnement. De plus, c'est à Victoria que va se créer en 1971 l'association Greenpeace vise à lutter contre les grandes menaces à l'environnement et la biodiversité. Le fondateur de Taste est donc confronté assez tôt à la question de la préservation de l'environnement et va forger une conviction que l'industrie agro-alimentaire et le bouleversement de nos habitudes de consommation sont non seulement néfastes pour l'environnement mais également pour l'homme. M. Finch va donc être sensibilisé tôt à la cause que va défendre TASTE face à une aggravation continuelle de la situation.

Le monde a beaucoup changé depuis 2 siècles mais surtout les 5 dernières décennies, et l'agriculture industrielle et chimique intensive provoque des ravages environnementaux mais également sur la santé des consommateurs avec une multiplication des tumeur du cerveau, cancer de la prostate, cancer des reins, cancer du pancréas, asthme, leucémie, effets indésirables sur la reproduction (maladies congénitales, mort fœtale, retard de croissance intra-utérin) qui apparaissent liés à l'agriculture industrielle chimique.

L'origine de l'association, c'est donc ce constat d'échec et l'idée que le monde court à sa perte si rien n'est fait pour changer radicalement le mode de production alimentaire. Taste se propose de renverser la vapeur en proposant des solutions pour améliorer la qualité de l'alimentation en diminuant les produits chimiques utilisés, et ainsi limiter la pollution environnementale. Mais si les valeurs de l'association sont la promotion d'une agriculture alternative plus respectueuse de l'environnement et de la santé des consommateurs, elle vise à arriver à modifier le secteur agro-alimentaire à travers un changement dans la consommation des individus. L'idée étant que le consommateur est roi et que par son choix au moment de l'achat, il a un réel poids sur la manière dont est produite sa nourriture. C'est ce que Geoffrey Finch appelle la « consommation consciente », soit l'idée que le consommateur a une responsabilité dans la dégradation de la situation en n'exerçant pas son droit au boycott des produits nocifs lors de leur élaboration mais aussi pour la santé.

« Et si l'on déclenchait une guerre et que personne n'y allait ? », cette phrase emblème de la contestation de la guerre du Vietnam rend compte du fait qu'on est tous responsable et que ce sont nos choix individuels qui façonnent le monde tel qu'il est. Le boycott des produits non éthiques n'est pas une nouveauté, mais cela se rapproche d'un acte de non-consommation militant assez contraignant. à l'inverse, l'idée de buycott vise à acheter des biens et aliments produits d'une manière respectueuse de l'environnement, mais qui sont à la fois sains pour la santé et bons gustativement. En effet, plus les gens consommeront responsable et plus les prix de l'agriculture biologique deviendront compétitifs et accessibles à tous.

II. Une association encore peu développée mais qui affiche une grande ambition

Structure et fonctionnement actuels :

L'association a été créée en mai dernier et n'a réellement commencé à fonctionner qu'en Septembre 2010. Son premier événement s'est tenu en décembre 2010. L'association ne compte pour l'instant que 88 membres, dont le bureau. Il n'y a pas de salariés. Les membres sont invités à prendre une part active à la vie de l'association, et ainsi à participer à l'élaboration et la réalisation des différents projets, au vote collectif de toutes les décisions. Ceci étant permis du fait du petit nombre des membres.

Actuellement, la source principale de financement de l'association est son Président, M. Finch, que nous avons rencontré. C'est lui qui alimente l'association. De fait, Taste n'a pas encore de partenaires susceptibles de lui apporter des financements, et son Président la veut délibérément indépendante des subventions, afin qu'elle garde son intégrité. Par conséquent, M. Finch et les membres du bureau, ainsi que tous les membres de l'association travaillent à ce que les coûts fixes comme variables soient réduits le plus possible. Par exemple, le site internet est tenu par une élève bénévole de M. Finch. Les meetings se tiennent à la maison des associations du 5ème.
Au porte-monnaie de M. Finch s'ajoute l'adhésion annuelle à Taste qui coûte normalement 10 euros, avec des réductions pour les étudiants ou les chômeurs. Une échelle de participation croissante existe selon différents statuts de membre, allant du simple membre au membre à vie honoraire (2000 euros) en passant par le goûteur, membre honoraire, goûteur honoraire...

Activités proposées :

Taste propose donc une mise en relation de ses membres avec les mondes de l'agriculture et de la viticulture biologiques. Cependant, Taste se différencie d'une AMAP. Dans une AMAP, tout doit être fait par avance : préfinancement, relationnel... Le rapport que Taste propose à ses membres envers des producteurs bio est plus instantané. Chaque membre, à partir du moment où il fait partie de l'association, bénéficie de tout ce que l'association propose et organise, de son réseau, de tarifs réduits pour l'achat groupé de denrées et de vins...

Taste propose trois niveaux différents d'activité : les voyages, des évènements dégustation, et une communication active via les médias et internet.

Ambition/enjeux :

Taste doit s'inscrire dans la continuité d'un mouvement mondial : le mouvement Slow Food. Ce mouvement, fondé en Italie en 1986, cherche également à préserver les terres, car sans un sol fertile, nous ne sommes plus rien. La fondation Slow Food encourage les contributions d'idée, les projets, les initiatives. M. Finch souhaiterait que Taste fonctionne en symbiose avec Slow Food.
Dans l'entretien, l'ambition de M. Finch est évidente : il aspire à ce que Taste devienne une association d'une envergure internationale. Le but est, à terme, de fédérer assez d'associations, personnalités, membres autour de cette même philosophie, afin de créer une économie parallèle qui fonctionnerait sur le modèle du boycott/buycott et promouvrait l'agriculture et la viticulture biologiques. Une telle envergure donnerait ainsi plus d'étoffe et de moyens au but ultime de l'association : inverser le cours des choses et les dégradations de l'environnement qui nous conduisent vers une issue désastreuses.
C'est pourquoi, lorsque nous avons questionné M. Finch sur la concurrence potentielle qu'il pouvait rencontrer, il nous a répondu qu'il n'avait pas vraiment de concurrence. D'une part parce que la ligne d'activités de l'association est très large, ce qui fait qu'elle n'est pas spécialiste dans un domaine et donc n'a pas de concurrence directe étant donnée la diversité des ses activités. Mais surtout, plutôt que de concurrence, M. Finch entend réellement créer une fédération de consommateurs écologistes, sensibles à son idéologie, et ayant le même but car c'est réunis qu'ils seront plus efficaces et crédibles. Ainsi, il entend former une sorte d'économie alternative qui fonctionnerait selon les principes du développement durable, de l'éthique... M. Finch conçoit Taste comme un catalyseur pour encourager les gens à diminuer leur empreinte carbone.
Cette ambition se traduit notamment par deux projets concrets que nous a expliqués M. Finch :

Enjeux selon nous :

Accroître les membres pour donner de la crédibilité et des possibilités à l'idéologie de se réaliser.
Trouver des financements est indispensable pour financer les activités et leur permettre de se développer sur le long terme.
Trouver des partenaires en général afin d'être plus visible, de gagner en envergure.